Ô-Raisons d’état …

… « Il n’y a pas de hasard,
il n’y a que des rendez-vous. » Et c’est de Paul ÉLUARD (1895-1952) …

Sans chansons depuis longtemps
Fleurs cultivées fleurs à vendre
O les belles vertus abstraites

On a beau se laver on ne se voit plusIMG_1667

Bien tranquille dormir dans un lit de cendres

A l’abri de tous les lendemains

II n’y a plus de sortie

Plus de jour entre les maisons

A chaque fenêtre une blatte dort

Le bonheur a pris la mort pour enseigne

IMG_1670Les jeunes aux charmes renversants
Et les vieux aux chaînes puantes
Qu’ils se ressemblent
Les autres s’éveillent malgré eux
Leur front leur ventre sont ridés
Mais le feu les attire encore

Hors de tout sauf de la misère
Alerte ils ne veulent pas croire
A l’immobilité de leur sang.

AU Présent ’, Paul ÉLUARD (1895-1952) … en 6 conditions, pour le moins …

IMG_1679

D’Ôraisons à Confluences … © HYPERGOL

Les pas …

Tes pas, enfants de mon silence,
Saintement, lentement placés,
Vers le lit de ma vigilance
Procèdent muets et glacés.

Personne pure, ombre divine,
Qu’ils sont doux, tes pas retenus !
Dieux !… tous les dons que je devine
Viennent à moi sur ces pieds nus !

Si, de tes lèvres avancées,
Tu prépares pour l’apaiser,
A l’habitant de mes pensées
La nourriture d’un baiser,

Ne hâte pas cet acte tendre,
Douceur d’être et de n’être pas,
Car j’ai vécu de vous attendre,
Et mon cœur n’était que vos pas.

Paul VALÉRY (1871-1945) , Extrait des ‘Charmes’

 

Notes :
🙂 Les photographies ont été saisies sur l’ nstant, entre le Rhône sur la gauche, et la Saône à droite … aux dites  {Confluences }, en la ville de LYON. Presqu’île – Mars 2019.

🙂 Merc ✯s , si jamais vous ne connaissez pas …
🙂 Aussi, notez bien qu’en bouts de bouts de courses, les signes sont certains !
… Sans condtons …

IMG_1647

11 réflexions sur “Ô-Raisons d’état …

  1. On ressent chez vous un intérêt très vif pour les arts en général, et pour l’expérimentation littéraire en particulier, tout est densifié, joliment agrémenté et toujours argumenté.

    Voici donc une belle ode à la nature et aux animaux, un beau mariage d’humanisme et d’esthétique, en somme.
    Lu et apprécié !

    * Et comme disait (à peu près) J.J. Goldman : « il suffira d’un cygne. »

    Aimé par 1 personne

    • Milles mercis, cher Yannucoj, 🙂

      That’s all Folks’, comme disait le sage, … car de toutes les manières, on ne s’en sortira pas vivant … !

      Ceci dit après Goldman, et pour d’ argent comptant, … gaffe à faire danser l’anse du panier, pour ce qui est des choses de gouvernes … Gare, qu’un-signe au verbe haut, de Schwan, s’en signe à Schwanen de l’impersonnel … V’là qui ne présage pas que du bon !!! Oraisons ???
      … Bon, sinon, restes d’avides , … BOWIE, au ‘Cygnet Committee’
      Lyrics : (…) And I Want to Believe
      In the madness that calls ‘Now’
      And I want to Believe
      That a light’s shining through
      Somehow

      And I Want to Believe
      And You Want to Believe
      And We Want to Believe
      And We Want to Live
      Oh, We Want to Live

      We Want to Live
      We Want to Live
      We Want to Live
      We Want to Live
      We Want to Live

      I Want to Live
      I Want to Live
      I Want to Live

      I Want to Live
      I Want to Live
      I Want to Live

      Live
      Live
      Live !
      😉 Bises amicales ,
      Post scriptum : … pour en répondre d’Allais : Prudhomme, Sully, « Le cygne », Les solitudes, Paris, L’Harmattan … ¡!

      Aimé par 1 personne

      • Les cygnes blancs, dans les canaux des villes mortes,
        Parmi l’eau pâle où les vieux murs sont décalqués
        Avec des noirs usés d’estampes et d’eaux-fortes,
        Les cygnes vont comme du songe entre les quais.

        Et le soir, sur les eaux doucement remuées,
        Ces cygnes imprévus, venant on ne sait d’où,
        Dans un chemin lacté d’astres et de nuées
        Mangent des fleurs de lune en allongeant le cou.

        Or ces cygnes, ce sont des âmes de naguères
        Qui n’ont vécu qu’à peine et renaîtront plus tard,
        Poètes s’apprenant aux silences de l’Art,
        Qui s’épurent encore en ces blancs sanctuaires,

        Poètes décédés enfants, sans avoir pu
        Fleurir avec des pleurs une gloire et des nimbes,
        Âmes qui reprendront leur Œuvre interrompu
        Et demeurent dans ces canaux comme en des Limbes !

        Mais les cygnes royaux sentant la mort venir
        Se mettront à chanter parmi ces eaux plaintives
        Et leur voix presque humaine ira meurtrir les rives
        D’un air de commencer plutôt que de finir…

        Car dans votre agonie, ô grands oiseaux insignes,
        Ce qui chante déjà c’est l’âme s’évadant
        D’enfants-poètes qui vont revivre en gardant
        Quelque chose de vous, les ancêtres, les cygnes !

        [ Georges Rodenbach (1855-1898) ]

        Aimé par 1 personne

      • 🙂 Magnifique ! Et encore mercis !!
        Pour ceux qui apprécient, … de Georges RODENBACH (1855-1898), un cœur à l’Ô, …
        (…) Le rêve de l’eau pâle est un cristal uni
        Où vivent les reflets immédiats des choses :
        Rideaux d’arbres, pignons, mâts des vaisseaux, ciels roses
        Auxquels l’eau calme mêle une part d’infini,
        Car leur mirage en elle est sans fin et s’allonge
        En une profondeur presque d’éternité…
        Les choses ont ainsi leurs minutes de songe
        Où chacune, dans l’eau, se semble avoir été
        Et s’aperçoit déjà vague et transfigurée ;
        Car tout en y prenant conscience de soi
        Les choses dans l’eau vaste échappent à leur loi
        Et plongent un moment dans un ciel sans durée…(…)

        OBSCURESCENCE‘ … comme c’est étrange ! Aurait-il, lui aussi quelques peu d’un frêle pris au ciel ??? À moins que ce soit d’elle … une obscurescence … Qui sait ?
        Avez-vous idée ? Pensez-vous que de ce drôle de mot, vous pourriez faire un joli tableau ???
        Belle soirée

        J'aime

      • – obscurescence… Le moteur de recherche du Centre National de Recherche Textuelle et Lexicale (CNRTL) me dit que : Cette forme est introuvable !
        Ce serait donc un amalgame d’obscurité & de fluorescence ?
        un oxymore, en somme !

        Mais j’ai une inclination, enfin disons, une sympathie particulière, pour les mots-valises, et celui-ci mérite qu’on si penche de près.
        Tout comme « stimulacre » ou « ortolangue »

        Attention, toutefois : le Rodenbach même à dose homéopathique provoque des effets secondaires ! on a observé chez les amateurs de belles lettres des propensions à la boulimie d’écrire et un accroissement démesuré de l’imaginaire, voire des rêves éveillés !

        Aimé par 1 personne

      • Re, cher Yannucoj 🙂 , Excellent !! … Et à ceux qui suivent

        À vrai dire, j’abonde pour tant, absolumineusement, … à toutes ces pensées …
        Il y a déjà quelques peu de cela, par la proposition d’un enfant, a été officialisé, { à voir : PÉTALOSÉ} … cette trouvaille bienvenue …
        PÉTALÔSONS donc … Il m’arrive d’en faire usage.

        En ce printemps poétique tout dédié … J’entends déjà ÉLUARD, … facile, et c’est heureux … D’OBSCURESCENCES, soit … et s’il rode en bas cet art là, venant d’insignes mystères, …. Ça ne peut être que du BON !!! Non ?
        Allez, chiche, à nos blogs, et aux belles découvertes en méditactions dépensées !
        Ce fil reste ouvert, à qui veut s’y essayer. Aux pétaloséés d’odacieux, … musicalités, ou musi-qualités, qu’y s’dit , …???
        😉 Car, c’est de Becket Samuel : « Les mots ont le pouvoir d’illuminer la noirceur » … Non ???

        Aimé par 1 personne

  2. {Comme le soleil ne pourrait retirer aux hommes sa lumière sans répandre sur le reste de leurs jours la douleur et la tristesse, ainsi, depuis que les guerriers ne sont plus, de honteuses ténèbres enveloppent l’antique gloire des Hellènes.}
    Vient de l’‘Éloge funèbre des guerriers athénéens morts à Chéronée’ de Démosthène.

    Pour les encore vivants … Démosthène, est un orateur Greque, du IVème siècle (384-322 avt JC), qui a la particularité de dénoncer l’HUBRIS = la démesure … Voir la vidéo ( « Démosthène contre l’Hubris »: 1h05mn14s), de ‘Arrêt sur Image’, avec Dany- Robert DUFOUR, qui s’est fait ‘éthnologue’ de la tribu Juju pipoterr’y ène Jupit’ytérien … … et ‘des vices publiques’ , ou ‘là … d’avoir la cervelle dans les talons !!!’ … ¡
    … Où… De l’usage des flatteries, des stigmatisations … et des stratégies de mettez-hors ¡
    Car pour petite dernière : « Il n’est pas possible, Athéniens, non, il n’est pas possible de constituer par l’injustice, par le parjure, par le mensonge, une puissance qui dure. »

    J'aime

  3. … des Pétales , des ruches et z’encore …
     » Qu’en haut placé & placé beau« , sans manquer les dernières nouvelles du fil de commentaire !

    Nota : ‘La Fable des abeilles’, The Fable of the Bees: or, Private Vices, Publick Benefits , est une Fable politique de Bernard MANDEVILLE, parue en 1714, et 1729 pour le deuxième tome …

    Mais … maintenant, en Actualités, et pour les plus gourmands:
    [ Emmanuel Macron face aux intellectuels : 8 heures et ( 10 minutes !!) de débat en 8 vidéos (!!!) ] ¡!

    J'aime

  4. 24 mars 2019: … Après ‘Philosopher à mains nues’, Elsa DORIN, propose une réflexion pointue sur la violence, en ces temps critiques … C’est ici : [Gilets jaunes – « La question de la violence révèle une crise démocratique historique en France » ]

    Pour ceux qui auraient un peu de mal à voir de quoi il peut être LÀ -terre … c’est un étendard fracassé, sur lequel à main levée, s’inscrit le simple des simples mots PAIX ( !).
    … …


    Crédits Gif : Living StillS

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.